Agriculture durable, recherche

la recherche dans le domaine agricole

Post doctorat sur l’anthracnose et un doctorat sur les pourritures pédonculaires

Engagement

Depuis 2015

Partenaire

Université Félix Houphouët-Boigny

Pays concerné

Côte d'Ivoire

Montant du financement

25 048 €

Fondation Louis Omer-Decugis - Doctorat Dio Dembélé
Fondation Louis Omer-Decugis - Yeo Souleymane
Fondation Louis Omer-Decugis - Yeo Souleymane

Description du projet

Contexte

Fin 2015, la Fondation Louis Omer-Decugis et l’Unité de Formation et de recherche (UFR) Biosciences de l’Université Félix Houphouët-Boigny ont signé un accord sectoriel de coopération portant sur un programme de thèses dans le domaine de l’agriculture durable œuvrant notamment au soutien des petits producteurs et des populations locales. Une première thèse a ainsi été engagée sur le thème des maladies fongiques de la mangue en zone sahélienne avec pour enjeu à long terme d’apporter des connaissances sur les problèmes de gestion des bio agresseurs auxquels sont confrontés les petits producteurs et ainsi œuvrer à leur développement.

En 2019, la Fondation Louis Omer-Decugis a renouvelé son engagement auprès du Centre d’Excellence de l’Université Félix Houphouët-Boigny (CEA-CCBAD-UFHB) et a signé un nouvel accord de coopération portant sur le développement de deux projets dans le domaine de la recherche agricole liée au manguier : un post doctorat sur l’anthracnose et un nouveau doctorat sur les pourritures pédonculaires (« stern end rot »). Le post-doc s’inscrivant dans la continuité du projet de thèse accompagné depuis 2015.

En 2021, après plusieurs reports en lien notamment avec la pandémie de Covid-19, Dio Dembélé a pu soutenir sa thèse, tandis que Yéo Souleymane a poursuivi ses travaux de recherche avec des prélèvements réalisés directement dans les vergers de manguiers. Ayant obtenu une bourse de l’ICIPE, un centre de recherche international basé au Kenya, Yéo Souleymane devra conduire prochainement un stage à l’international dans l’un des quatre pays financeurs de la bourse (Royaume-Uni, Afrique du Sud, Suisse ou Israël) avec comme mission : l’identification des souches par biologie moléculaire. En conséquence, il ne se rendra pas en France courant 2022 comme cela était initialement prévu et son stage dans le laboratoire d’analyse du groupe Omer-Decugis & Cie est reporté à une date ultérieure.

Dio Dembélé, désormais en phase de post-doctorat, a plusieurs missions à réaliser : se former au matériel d’analyses en bio-tech dont l’UFHB a récemment fait l’acquisition, suivre une formation sur le pilotage des drones et poursuivre ses recherches sur l’anthracnose, en participant notamment aux travaux d’un laboratoire spécialiste en Europe, ce qui nécessitera au préalable des prélèvements complémentaires de souches dans le nord de la Côte d’Ivoire.

Actions conduites
en 2021

1. Soutenance pour dio dembélé

Dio Dembélé a soutenu sa thèse le 17 avril 2021 à l’Université Félix Houphouët-Boigny de Cocody à Abidjan. Dio Dembélé a reçu à cette occasion les félicitations du jury pour la qualité de son travail.

Galerie photos

2. Formation pour yeo souleymane

Yéo Souleymane, a bénéficié pendant l’année universitaire 2020-2021 de formations particulièrement utiles à son domaine de recherche (logiciel statistique R, SIG (QGIS), télédétection…) et à la préparation de sa thèse dont la soutenance a été fixée en septembre 2023 – sa soutenance ayant été décalée d’un an en raison de la fermeture de l’UFHB pendant un an à cause de la pandémie de Covid-19. Ayant terminé la phase exploratoire, préalable indispensable à ses travaux de recherche, Yéo a débuté dès les premiers mois de l’année 2021 une phase terrain de prélèvements sur les parties végétatives des manguiers – dans 5 vergers de chaque zone de production – qui a ensuite été complétée par une seconde phase de prélèvements au cours de la période de récolte. « L’état d’avancement de ses travaux de même que ses résultats actuels sont très prometteurs », s’est réjoui Jean-Yves Rey.

Galerie photos

Nos mangues d'Afrique de l'Ouest

Mangue d’afrique de l’ouest Dibra

Le Groupe possède des liens étroits avec l’Afrique de l’Ouest, en particulier pour ses mangues en provenance des quatre pays cibles : le Burkina Faso, la Côte d’Ivoire, le Mali et le Sénégal.

L’activité de production et d’exportation de mangues d’Afrique de l’Ouest a été créée il y a plus de 30 ans par la SIIM en Côte d’Ivoire puis s’est ensuite étendue au Mali, au Burkina Faso et au Sénégal. Une filière panafricaine professionnalisée et très investie en faveur d’un développement durable et équilibré pour tous.
Bénéficiant de conditions géographiques particulièrement bien adaptées à la culture de la mangue – le manguier est d’ailleurs l’un des arbres fruitiers les plus répandus en Afrique de l’Ouest où il est apparu au cours du XIXème siècle – la filière répond aux standards de production les plus rigoureux et les plus respectueux d’un point de vue social et environnemental.

En Afrique de l’Ouest, la mangue est un produit phare ; selon la FAO (Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture) « la filière en Côte d’Ivoire fait vivre une communauté rurale de 100 000 individus ».

SIIM Mangue Dibra d'Afrique de l'Ouest